Accueil Non classé 4- Un virage à 180 degrés

4- Un virage à 180 degrés

0
0
141

41a0pp2Sb4L._SY355_

Le 16 Octobre

— Bonjour ! Auriez-vous un fessier s’il vous plaît ?

— Un quoi ?

J’ai regardé ma nouvelle responsable, Floriane ou Flo, comme elle préfère qu’on l’appelle. Heureusement elle a gentiment volé à mon secours.

Un fessier ? Vous savez ce que c’est vous ? Et bien moi non plus je n’en savais rien avant de travailler ici.

Ne soyez pas choqués hein.

Un fessier est simplement une paire de fesses. De fausses fesses en l’occurrence. Souvent en silicone, ou en plastique gonflable comme les bouées pour aller à la mer. Très réaliste, il possède des courbes enivrantes pour les hommes et deux orifices réalistes. Un vagin et un anus, spécialement conçus pour des sensations incroyables et pour expérimenter diverses positions sexuelles, même en solo : missionnaire, levrette ou sodomie… Tout est permis.

Évidemment il existe des modèles plus ou moins de bonne qualité, plus ou moins onéreux et pour les deux sexes.

Voilà donc mes premiers pas en tant que vendeuse en love store. Mes dix premières minutes dans ce type de magasin. Je n’y avais jamais mis les pieds avant aujourd’hui, même en tant que cliente.

Ma pensée à cet instant ? Mais où suis-je tombée ? Je suis impressionnée par tout ce qu’il y a dans cette boutique. J’étais loin d’imaginer que tout cela pouvait exister et pourtant je n’ai pas eu envie de partir en courant. Je crois même que mon travail va beaucoup me plaire.

Une seule ombre au tableau, ou plutôt deux. Je ne suis qu’à treize heures par semaine. Alors comment vais-je faire pour m’en sortir financièrement même si c’est déjà un début ? Et surtout, comment vais-je m’en sortir tout court ? Car on va se l’avouer, ce n’est pas vraiment le genre de choses que l’on apprend à l’école.

Mais l’idée d’avoir un métier qui sort du commun me séduit énormément. C’est alors que ma formation (et la votre au passage) a commencé.

Commençons par le commencement si vous le voulez bien.

Je travaille en love store ou, boutique érotique, au choix. C’est très différent d’un sex-shop. Un love store est une simple boutique où vous trouverez de la lingerie, des produits de bien-être (huiles de massage, lubrifiants, stimulants, etc…), des DVD, des livres et autres jeux ou gadgets humoristiques. Et bien évidemment, des sex-toys de tous types. Et si vous le souhaitez, une charmante vendeuse conseillère, moi, pourra vous renseigner et vous aider dans vos choix.

En aucun cas, vous ne trouverez en love store une cabine de visionnage pour y regarder des films coquins ou des shows de femmes qui se déshabillent. Tenue et comportement corrects y sont exigés.

Voilà déjà qui me rassure !

Flo m’a tout expliqué. J’ai même eu le droit à ma formation concernant la caisse alors demain je serai déjà seule à la boutique. J’avoue que j’angoisse un peu à cette idée, mais ce ne sont tout de même pas quelques vibromasseurs et poupées gonflables qui vont me faire peur. Ni le fait de travailler seule voyons !

J’ai regardé mon téléphone portable, toujours pas de nouvelle de Fabien. Je sais que j’ai aussi son numéro mais je ne peux pas me résoudre à l’appeler ou lui envoyer un SMS. Je ne veux pas, en plus, passer pour la nana désespérée et déjà complètement sous son charme. C’est juste hors de question. Alors du coup je suis rentrée, un peu perdue, pour retrouver Bibi qui devait être impatient d’avoir de la compagnie.

***

Le 20 Novembre

Je me sens de plus en plus à l’aise au travail.

Les clients sont plutôt sympas. Je les trouve très différents de mes clients précédents et très souriants aussi. Il faut dire que je ne travaille pas en grande surface. Disons qu’ils viennent à la boutique pour leur plaisir et que du coup ils prennent plus leur temps. Je peux dire au revoir au client qui garde son téléphone à l’oreille pendant que je le sers et ça, ça n’a pas de prix. Tous les clients me disent « Bonjour », « Merci », « S’il vous plaît », « Au revoir ». Il y en a même qui prennent le temps de discuter avec moi, de tout et de rien, qui me demandent des conseils ou qui se confient. C’est vraiment très agréable.

Mon travail n’est pas compliqué. Je dois ranger le magasin pour que les clients aient envie d’y passer du temps. Mais ça me semble logique que la boutique soit irréprochable étant donné qu’il n’y a jamais foule. Je dois avoir maximum dix personnes en même temps un samedi aux heures de pointe. Et encore, dix personnes c’est énorme… J’aime bien ranger mes rayons et m’occuper des livraisons, j’en profite pour apprendre. Il y a sans cesse des nouveautés et je me demande où les inventeurs vont chercher toutes ces idées.

Aujourd’hui en nouveauté j’ai reçu une crème. J’avoue que j’en parle avec passion à mes clients et je dois être plutôt convaincante, parce que sur les six produits reçus, il ne m’en reste déjà plus que deux.

Cette crème s’appelle « la crème du dragon ». Alors non, ce n’est pas la crème du dragon venant des Indes qui est couramment utilisée pour réduire les douleurs musculaires. Oui oui, je vous sens sourire mais je ne peux pas vous en vouloir, j’y ai pensé aussi.

Cette crème là est à mettre sur le pénis de Monsieur.

Alors juste pour que les choses soient claires entre nous : on appelle bien un « chat » un « chat » alors, autant appeler un « pénis », un « vagin » ou un  « sexe » comme tels.

Donc cette crème. Elle est connue aussi sous le nom charmant de « crème de virilité de l’homme dragon ». Très simple à utiliser, prenez une noisette de la taille d’un petit pois qu’il suffit de bien étaler sur tout le pénis environ dix minutes avant l’acte. Alors autant en profiter pour rajouter du piquant aux préliminaires (dit la célibataire endurcie)…

Au moment de la pénétration, l’effet glace de feu se développe : une intense sensation de chaleur vous envahit tous les deux et décuple vos sensations. Au moment où Monsieur se retire, vous sentirez une sensation très stimulante de fraîcheur qui ne vous donnera qu’une envie, y revenir.

J’allais oublier son parfum de fraise bonbon. Ça doit être amusant de s’en servir sans que son partenaire sache de quoi il s’agit, et de découvrir ensuite sa réaction et les sensations que la crème lui procure.

Ça donne envie hein ? Moi ça me laisse rêveuse. (Mais pourquoi Fabien n’a-t-il pas encore donné un seul signe de vie ?)

***

Je venais justement de conseiller l’une de ces crèmes comme si je l’avais personnellement utilisée quand un client est venu pour m’acheter un plug. Alors un plug est un sextoy anal. Utilisé pour le plaisir, la stimulation de la prostate chez l’homme mais aussi comme préparateur à la pénétration anale.

Jusque là tout va bien pour une débutante comme moi.

Mais ce fameux client m’a emmenée vers le fond de la boutique, le coin SM, ou Sado Masoshiste, pour me demander un conseil. En fait il hésitait entre le plug de trente cm de long et quinze de diamètre en forme de missile, et celui un peu plus fin ressemblant à un pion d’échiquier géant.

— Oh ça va ce n’est pas si cher que ce que j’imaginais !

— Oui il en faut pour toutes les bourses... (Oups, chassez le naturel, il revient au galop !)

— Effectivement ! Ce serait la merde sinon…

Murmure à moi-même : Ne pas réagir… Avoir l’air naturel… Tu fais ça tous les jours… Enfin non, tu vends ça tous les jours… Enfin non, c’est la première fois… Sourit Aline, sourit !

Il a choisi la pièce d’échecs… Toute innocente que j’étais :

— Vous désirez un lubrifiant peut-être pour aller avec ?

— Pas besoin ma p’tite dame, ça glisse tout seul !

Je vous laisse imaginer ma tête …

En y repensant je ris toute seule. La situation est vraiment comique. Je n’ose pas imaginer la tête de mes parents le jour où je leur raconterai tout ça via Skype. D’ailleurs, il faudrait peut-être que je pense à leur dire que j’ai trouvé un travail…

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Virginie
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

1 – Départ pour une nouvelle vie

C’est marrant comme je suis tentée de commencer par « Il était une fois » ! Je serai…