Accueil Non classé 3- Miss catastrophe, bonjour !

3- Miss catastrophe, bonjour !

0
0
118

Le 17 Septembre

Aujourd’hui a vraiment été une agréable journée. Je dirais même le plus beau jour du début de ma carrière. Cela fait exactement dix jours que j’ai commencé à travailler en tant qu’assistante vétérinaire à la clinique du Docteur Scalpel.

veterinaire-jeanne-d-arc-2-1247x936

Au risque d’en surprendre plus d’un, oui je suis assistante vétérinaire. Depuis plus de trois ans. Mais trouver un poste fixe et à temps complet est mission impossible, alors j’ai repris mes études de droit pour suivre mes rêves. Mais en attendant, je suis auxiliaire de santé animale. En gros je suis l’infirmière des animaux. Mon diplôme me permet de travailler au contact de tous les animaux car j’ai choisis l’option animaux sauvages (et toilettage…). Ne vous étonnez donc pas si un jour je vous annonce que j’ai appris à un perroquet à jouer aux échecs, ou comment faire la roue à un lémurien…

Après un essai en refuge animalier, bien trop sinistre et triste pour moi, j’ai eu envie d’y adopter tous les animaux abandonnés ou trouvés, alors j’ai préféré accepter la proposition du Docteur Scalpel. Remplacer son assistante enceinte de deux mois et déjà en arrêt pour diabète gestationnel.

Me voilà donc après plusieurs mois sans pratiquer et grâce à un heureux hasard, au milieu de bistouris, clamps, champs, fils, vaccins, anti parasitaires divers et autres documents importants, presque perdue je l’avoue, à essayer de trouver ma place entre le monde des « Bisounours » et celui de « Massacre à la tronçonneuse ».

Oui, je suis désolée mais c’est vrai qu’ouvrir la patte d’un chihuahua qu’il s’est cassée en deux endroits, me fait plus penser à « Massacre à la tronçonneuse » qu’aux « Bisounours », mais je vous épargne les détails. Sympa comme nana non ?

Mon patron est plutôt gentil comme supérieur, bien que je le trouve un chouïa sec avec les clients. Pour vous donner une idée, ce matin il m’a dit que je prenais bien trop de temps avec chacun d’eux. Mais comment voulez-vous que je sois froide et que j’envoie balader cette pauvre vieille femme qui vient régulièrement nous rendre visite, et qui est même venue m’apporter des chocolats (Je dois être la seule femme à ne pas aimer le chocolat, mais l’attention était tellement gentille et touchante qu’évidemment j’ai acceptée la boite avec plaisir. Je la sortirais en regardant un film à l’eau de rose avec Fifie…), seulement pour me souhaiter la bienvenue ? Cette femme qui vient de perdre son chat, tombé du sixième étage de son immeuble ?

Le syndrome du chat parachutiste. Le traumatisme crânien et thoracique ainsi que l’importante hémorragie interne n’ont laissé aucune chance de s’en sortir à ce petit chat. Malgré tous nos efforts, nous n’avons rien pu faire…

Il laisse derrière lui une maîtresse complètement sous le choc de ce qui vient de se passer, qui l’adorait de tout son cœur et le chérissait comme un membre à part entière de sa famille.

Il est tellement rare de tomber sur des personnes comme elle, que sa douleur m’a énormément touchée. Je n’ai pu me résoudre à l’abandonner. D’autant que jusqu’à son dernier soupir, le petit être à regardé la vieille femme avec des yeux pleins d’amour et de confiance…

C’est dans ces moments là que l’on se rend compte que même si nos animaux ne sont qu’un passage de notre vie, nous, nous sommes toute leur vie. J’ai vraiment été touchée de ce magnifique tableau d’amour entre deux êtres différents mais tellement proches, aussi triste soit-il.

Je me demande quand même si je suis faite pour ce métier. Aussi passionnant soit-il, je suis peut-être trop émotive pour vivre ce genre de moments tous les jours.

Comme pour chasser la mélancolie et les doutes qui commençaient à m’envahir, un heureux événement a eu lieu cet après-midi. La naissance d’un bébé Sharpei, ma première naissance. Comme je le disais, le plus beau jour de mon début de carrière. Un seul chiot, par césarienne et avec beaucoup de mal à le ramener parmi nous. Mais maintenant la maman et le petit vont bien et c’est ce qui compte. Je ne fais qu’y penser et suis complètement gaga de ce petit bout de chou qui découvre la vie et a l’air d’être déjà un sacré coquin.

L’heure a vite tourné et je suis exténuée de ma journée. Vivement demain pour que je puisse profiter de la petite famille avant que son propriétaire ne vienne récupérer tout le monde.

***

Le 23 Septembre

Horreur ! Honte ! Je rêve d’un trou de souris où me cacher…

Le Docteur Scalpel ne peut pas me garder car son assistante revient et bien qu’il n’ai rien à me reprocher et que l’entente entre nous soit plutôt bonne, il ne peut pourtant pas se séparer d’elle pour que je puisse rester.

J’écumais les petites annonces pour me trouver un autre emploi quand j’ai reconnu sa voix. Mon dieu, il était là, devant moi, et me demandait un renseignement… Impossible de lui répondre. Pour être totalement honnête, je n’ai même pas écouté ce qu’il m’a dit, mon cerveau a connu un énorme bug. J’ai ouvert la bouche pour essayer de dire quelque chose : je ne sais pas moi mais pourquoi pas « Bonjour » ? Et bien non, aucun son n’est sorti de ma bouche.

Il était là devant moi à me regarder avec des yeux de poisson mort, de splendides yeux de poisson mort, un sourire juste envoûtant et un c**… Oulà je m’égare !

Toujours est-il que mon patron est venu rattraper le coup et que j’ai fini par reprendre mes esprits au moment où il disait à ce bel inconnu : « Ne lui en voulez pas, elle est un peu perturbée en ce moment ».

Perturbée moi ? Mais non ! C’est bien pour ça que si tôt l’inconnu, Fabien si vous préférez, et propriétaire d’un magnifique Dalmatien… de cinq ans… nommé Nugget. Oui bon ok, j’ai regardé dans le fichier clients. J’ai filé à la vitesse de la lumière en salle de préparation à la chirurgie pour me cacher, que j’ai trébuché et…. aïe !!

C’est alors que le Docteur Scalpel est arrivé en courant pour voir ce qu’il se passait. Parce que vous comprenez, moi quand je tombe je ne fais pas semblant. Donc il est arrivé, Fabien sur ses talons, et moi à quatre pattes par terre dans une position digne du Kamasutra pour experts en Yoga ou du Twister. Vous savez ce jeu où le but est de mettre les mains et les pieds sur des ronds de couleurs différentes sans tomber lamentablement sur ses partenaires de jeu ? Voilà à peu près à quoi je ressemblais. Vous pouvez aussi imaginer que j’avais la main dans la poubelle et le pied bloqué dans la buse d’évacuation des eaux du nettoyage des sols. Avec d’affreuses douleurs qui me parcourraient de la cheville au genou…

Je les voyais tous les deux à essayer de résister au fou rire qui menaçait, aussi violent qu’une armée de scouts affamés en forêt depuis trois jours, mais voulant venir à mon secours sans risquer de me blesser d’avantage.

Je vous jure qui si j’avais pu partir en courant à l’autre bout de l’État, je l’aurais fait. Mais quelle honte ! Il n’y a que moi pour faire ça. Je ne souhaite même pas à ma pire ennemie de se retrouver dans cette situation un jour. Là c’est sûr, je viens de griller toutes mes chances auprès de Fabien. Niveau de séduction à ce moment précis ? Moins dix. Et encore, je reste sympa parce que c’est de mon ego dont il s’agit.

Résultat des courses, le Docteur Scalpel m’a fait passer une radio là où, d’habitude, les animaux sont à ma place. Humiliée et avec Fabien comme soutien juste à côté, parce qu’on « ne sait jamais de quoi je suis encore capable ». Selon lui, on ne devrait jamais me laisser seule. Charmant le mec hein ?!

Finalement je m’en sors avec une belle entorse, une coupure à la main (grâce à une lame que j’ai osé jeter dans la mauvaise poubelle), mais qui ne méritera pas de point de suture et un chevalier servant qui m’a ramenée à la maison et qui doit me rappeler demain pour prendre de mes nouvelles. Bon ok, ça je dois bien avouer que c’est gentil.

Alors oui, je suis passée pour une psychopathe instable et complètement cramée. Une jeune femme tout sauf saine d’esprit, ne tenant pas sur ses jambes. Mais au moins, j’ai fini par réussir à aligner quelques mots et… j’ai eu son numéro !!!

Pour une fois Bibi est très calme ce soir, on va en profiter pour se reposer un peu, je crois bien qu’il sent que quelque chose ne va pas. C’est parti pour une nuit à deux… d’une extrême tendresse… avec mon chien …

***

Le 24 Septembre

La nuit a l’air d’avoir calmé ma cheville, tout va mieux. J’ai été réveillée sur les coups des dix heures par un appel et j’ai littéralement sauté sur mon téléphone en espérant y voir le nom de Fabien inscrit sur l’écran.

Un peu déçue en voyant que mon interlocuteur ne serait pas celui que j’espérais tant, j’ai quand même décroché et croyez moi, vous non plus vous ne serez pas si déçus…

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Virginie
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

4- Un virage à 180 degrés

Le 16 Octobre — Bonjour ! Auriez-vous un fessier s’il vous plaît ? — Un quoi ? J&rsq…